Je questionne à travers cette série une blessure universelle, la toute première blessure de l’Homme qui entre en jeu dès sa mise au monde. Quelques minutes après la sortie du ventre de sa mère l’humain se retrouve séparé, coupé de celle-ci par la rupture du cordon ombilical. Quelques jours après seulement, le corps cicatrisera de lui-même cette première blessure physique pour laisser place peu à peu au centre de l’abdomen au nombril. Ce nombril, est l’organe qui caractérise à lui seul l’être humain et qui le distingue des autres êtres vivants. 
Et si nous envisagions ce nombril comme une partie et un détail d’un ensemble; le corps. Quelle serait ainsi notre vision et notre perception, que ressentirait le spectateur face à ces différents nombrils ?

Se projetterait-il dans ce nombril ou imaginerait-il le sien à la place de l’autre en prenant le temps de scruter le sien par la suite ? Cette question deviendrait-elle une obsession ? 
Ces hommes et ces femmes à la rencontre de ces nombrils deviendront-ils eux aussi les nombrils du monde avec une attention davantage autocentrée ? Ainsi cette série interroge cette blessure primaire universelle et questionne ce qu’elle peut générer comme attention nouvelle lorsqu'on s’y attarde. Imaginons maintenant ce nombril comme le siège de nos émotions, si ventrales, si incarnées en nous. On le sait maintenant, notre ventre contient notre deuxième cerveau alors pouvons-nous communiquer autour de ce nombril au-delà de nos regards? Découvrons autour de cette série les différents nombrils et regards qui sont autant d’histoires et de blessures derrières lesquels elles se cachent.

Sandra Grampfort - 2018

© 2020 Collectif 24/36