Retour en arrière : le confinement vu ou/et vécu par le collectif 24/36

Vu par Phil PERANI

On se fait parfois une idée préconçue d’une situation.

L’image que les médias nous donnent d’une situation n’est pas toujours la seule et l’unique.
Pendant cette période de confinement chacun a vécu sa situation à sa façon et cela indépendamment de son environnement.
Ce n’est pas parce que nous avons traversé la situation dans le monde rural que nous n’avons pas souffert du confinement. Le cloisonnement était en nous, et la clé de notre liberté n’était pas toujours à l’extérieur.
Je réalise aujourd’hui que même au « paradis », l’autre nous manque car il nous définit. Alors, sans cet autre, on s’en remet à l’univers et on se sent petit et seul. Mon salue a été de me raccrocher au vecteur de lien avec l’autre que j’affectionne, la photo, et même si pour ça je me suis enfermé dans une lumière rouge.
Maintenant que ces jours sont derrières, je vais retourner chercher ce lien, photographier ce qui a fait tenir l’autre.
En tout cas aujourd’hui je me sens mieux armé pour affronter ce qui pourrait arriver demain ...

La lecture de cette série ce fait de manière chronologique. De la réalité déformé du quotidien vers des parenthèses pieuses, et ce, jusqu’à des rêves éveillés, puis, la bascule dans la folie intérieure après avoir réalisé son emprisonnement. Face à l’univers et enfin le salue.

Phil PERANI

© 2020 Collectif 24/36